Le programme ZOOXXI a-t-il pour objectif de fermer les zoos?
Non. Si cette campagne s’appelle ainsi, c’est parce qu’elle ne propose pas de fermer les zoos, mais elle réclame un jardin zoologique différent, qui n’ait rien à voir avec le modèle actuel. Un zoo adapté à l’éthique et aux connaissances du XXIe siècle.

N’est-il pas possible de libérer les animaux?
Malheureusement non. La plupart des animaux vivant en captivité ne peuvent être libérés, car ils ne pourraient pas survivre dans la nature. C’est pourquoi nous devons inventer et créer des espaces dans lesquels ils pourraient vivre dans de meilleures conditions qu’aujourd’hui, même s’ils ne pourront jamais être entièrement autonomes. Mais pour les espèces pour lesquelles il existe des programmes de réintroduction dans la nature, nous privilégierons cette option chaque fois qu’il y aura dans les zoos des animaux indiqués.

Pourquoi laisser les zoos ouverts?
Un zoo qui a pour objectif le développement de programmes de conservation et de réintroduction des espèces autochtones de sa région est une institution nécessaire. Un zoo capable d’héberger, de soigner et de recueillir un animal sauvage blessé, confisqué à ses propriétaires ou maltraité est une institution nécessaire. Nous devons garder les zoos, mais ils doivent être transformés ; ils ne doivent plus reposer sur une exploitation de l’animal, mais chercher à servir ses intérêts.

Les villes ne seront-elles pas déficitaires?
Au contraire. Les villes ne perdront pas d’argent étant donné que la plupart des zoos publics sont synonymes de frais et ne sont pas source de revenus pour les collectivités. Parce que les répercussions positives d’un tel changement sur l’image des villes en termes de prestige et d’attrait n’ont pas de prix. Aujourd’hui, les zoos accueillent des visiteurs, mais ils ne génèrent pas de tourisme ni d’autre source de financement comme pourrait le faire le modèle que nous proposons.

Le nouveau zoo ne sera-t-il pas moins intéressant et éducatif que le zoo actuel?
En accroissant le nombre d’attractions, on accroît l’intérêt ! Aux attractions virtuelles et aux contenus pédagogiques interactifs s’ajoutera la présence des animaux qui ne pourront pas être déplacés tout de suite, celle des animaux secourus pour rétablissement et à long terme, la présence d’animaux autochtones en cours de réintroduction. D’autre part, le nouveau modèle éducatif de ZOOXXI propose d’élargir le champ et d’ajouter à l’éducation sur l’espèce, l’éducation à connaître l’individu. Il s’agit d’un modèle basé sur l’empathie qui s’interroge sur les besoins et les intérêts concrets de l’animal auquel nous faisons face et qui nous paraît être une expérience à la fois extrêmement intéressante, émouvante et enrichissante. L’intérêt réside dans la capacité d’éveiller la curiosité pour notre environnement et profiter de cette curiosité pour en apprendre plus sur la faune, la flore et les écosystèmes. Grâce aux contenus interactifs, les personnes qui aiment les animaux pourront en outre les emmener chez eux de manière virtuelle.

Et où les enfants pourront-ils voir un éléphant ?
Ceci est un bon exemple pour expliquer que dans les zoos actuels, les enfants ne voient pas la vie réelle des animaux sauvages. Dans les zoos traditionnels, les enfants ne voient pas des éléphants, ils voient un corps d’éléphant qui n’a pas de comportement d’éléphant : il ne se déplace pas en troupeau, il ne parcourt pas 40 km par jour, il ne mange pas 80 % du temps où il est éveillé, il ne pratique pas de rituel funéraire et il n’exerce pas de modèle d’apprentissage patriarcal. Dans le nouveau zoo que nous proposons, les enfants s’approcheront de la vie réelle d’un éléphant grâce à des contenus éducatifs virtuels et à des technologies audiovisuelles de pointe. Outre ces mesures, il sera expliqué pourquoi il n’y a pas d’« éléphants » et les enfants pourront voir des maquettes à taille réelle.

Ce modèle sera-t-il plus cher pour les visiteurs ?
Le prix de l’entrée n’a aucune raison d’augmenter, étant donné que les coûts d’exploitation resteront les mêmes.

Pourquoi faut-il changer le zoo ?
Parce que le modèle actuel est devenu obsolète. Les zoos ont connu de grands changements au cours de l’histoire. Un grand nombre d’entre eux, jusque dans les années soixante, maintenaient des humains en captivité, comme des Pygmées, des Esquimaux mais aussi des personnes sortant de l’ordinaire comme des nains, des albinos ou des bossus. Tout ceci est la preuve qu’il s’agit d’institutions qui doivent sans cesse s’adapter et changer. Aujourd’hui, la science ne nous permet plus de détourner la tête. Nous savons que les animaux sont des êtres dotés de sensibilité qui ont leurs propres besoins et intérêts, leurs attentes, leur organisation sociale, leurs objectifs vitaux. Tous les parcs zoologiques du monde vont devoir s’adapter à cette réalité.

Ce sera donc un zoo sans animaux ?
La plupart des zoos se caractérisent par une grande densité d’animaux, beaucoup d’animaux dans un espace restreint. La situation doit changer, c’est impératif pour le bien-être des animaux. Les zoos garderont à court terme les mêmes animaux, il y en aura un peu moins à moyen terme et à long terme, ils accueilleront essentiellement la faune autochtone en cours de réintroduction ainsi que des animaux recueillis.

Quels animaux partiront et lesquels resteront ?
Cela se fera selon un processus démocratique ouvert. La proposition de ZOOXXI est d’élaborer des listes d’animaux pouvant rejoindre des refuges ou des réserves, où ils pourront retrouver leur comportement naturel et leur personnalité. La société devra jouer elle-même le rôle principal dans la dynamique de transfert des animaux. Une ONG, une association, une agence, un groupe d’amis ou n’importe quelle personne physique pourront par exemple organiser une collecte pour prendre en charge les frais de transfert. Tous pourront ainsi peser sur ces décisions, rendant le nouveau zoo plus citoyen, plus transparent et participatif. Le visiteur cessera d’être un simple spectateur pour devenir un protagoniste.

Existe-t-il d’autres projets similaires dans le monde?
Non. Aucun projet ne s’inscrit dans une vision aussi progressiste et avant-gardiste. Ce modèle sera notamment pourvu d’un comité citoyen, scientifique et éducatif afin de garantir un fonctionnement transparent, avec une participation citoyenne, une structure scientifique au service des animaux et un modèle d’éducation à la citoyenneté.

Combien coûtera cette reconversion?
Il n’y aura pas nécessairement de coûts supplémentaires, le projet peut être réalisé à l’aide du budget habituel des zoos.

Bénéficiez-vous d’une assistance technique et scientifique?
Nous disposons non seulement d’une assistance et d’un conseil mais le comité scientifique forme la base de notre plateforme. Il compte des personnalités du monde scientifique comme Carmen Maté, docteur en zoologie (éthologie des primates) et ancienne directrice du zoo de Barcelone et Jaume Fatjó, éthologiste et président du comité de protection animale de l’association des vétérinaires de Barcelone, et une vingtaine de scientifiques qui ont élaboré les dossiers qui forment la base de notre campagne.

Ceci pourrait-il avoir un impact sur le tourisme?
Au contraire. Un nouveau modèle de zoo pourrait être un moteur pour un nouveau tourisme de qualité. Il pourrait permettre de redynamiser la ville en offrant de nouveaux espaces fermés consacrés à des manifestations scientifiques internationales, des conférences, des lieux d’apprentissage pour les enfants, les jeunes et les adultes sur la base d’outils audiovisuels et interactifs. Les espaces fermés du nouveau zoo permettraient de développer son exploitation tous les jours de l’année, même par mauvais temps, chose impossible dans les zoos à l’heure actuelle.

Cela pourrait-il entraîner des pertes d’emploi ?
Non, bien au contraire. Le fait qu’il propose de nouveaux contenus, comme le volet technologique, fera du zoo un lieu plus visité et un lieu de passage. Par conséquent, il pourrait augmenter le nombre de postes et créer de nouveaux emplois. La nature des emplois changerait mais les personnes ne perdraient pas leur travail.

Que se passera-t-il lors de la mise en place du programme? Comment le changement se fera-t-il sentir?
Le changement se fera de manière lente et progressive, pour permettre l’adaptation au changement de vision et de cap. L’application du programme pourrait ressembler à un bateau changeant de cap : l’embarcation ne change pas de place, mais de direction.

Tous les zoos devraient-ils se reconvertir ou existe-t-il des «bons» zoos?
Il y a des choses à changer dans tous les zoos, dans certains plus que dans d’autres. Il existe plusieurs catégories de parcs zoologiques, chacun d’entre eux remplit une mission différente selon son degré d’adaptation à l’époque, d’un point de vue à la fois scientifique et éthique.

Les zoos seront-ils moins divertissants?
Non, au contraire. ZOOXXI a tout intérêt à se définir comme une institution dédiée au divertissement, mais avec une nouvelle orientation et des fonctionnalités élargies. Voici les grands axes d’intervention que nous proposons : améliorer l’interactivité, augmenter les espaces de récréation éducative, développer des contenus plus intéressants pour le public actuel et chercher à attirer un nouveau public qui aime les animaux, s’intéresse aux sciences, à l’écologie et aux nouvelles technologies.

Que se passera-t-il pour les zoos actuellement en phase de rénovation de leurs équipements?
Rien. Les équipements récemment rénovés sont utiles et pourront être utilisés pour d’autres espèces d’animaux. Les investissements effectués par le précédent modèle de zoo seront réutilisés pour les nouveaux espaces prévus par ZOOXXI.

Qui se cache derrière la campagne?
Depuis sept ans, un réseau composé notamment d’activistes, de scientifiques et d’éducateurs s’est développé autour de neuf groupes de travail consacrés chacun à un domaine : sciences, sociologie, archives, communication, éducation, arts, activisme, événements et campagne. Une plateforme composée de 21 personnalités issues d’institutions, de la politique, du monde de l’entreprise, de la communauté universitaire, des associations professionnelles, des organisations civiles et des médias. Sur le plan international, la campagne bénéficie du soutien de la Fondation Franz Weber et de l’association de défense des animaux LIBERA!

Que doit faire un zoo qui voudrait devenir un ZOOXXI?
Le dire, tout simplement. Étant donné que ce programme requiert un changement indispensable de la perception et des missions du zoo, la reconversion présente un nombre infini d’avantages, notamment le mécanisme d’évolution lent et progressif prévu jusqu’à la mutation totale. Au cours des premières phases d’application du programme de reconversion, personne, ni le zoo, ni ses employés, ni les visiteurs, ne devrait noter de changement significatif, même si tout sera différent, rien à partir de ce jour ne sera plus comme avant.